La période d’onboarding : un moment décisif dans la vie des salariés

Face à une exigence croissante de performance des entreprises, l’engagement des salariés reste plus que jamais une condition sine qua non du succès des organisations. Chaque réticence, voire résistance, constitue un risque majeur face à des concurrents plus agiles, plus réactifs.

Pour maintenir cette mobilisation dans la durée, chaque moment de la vie du salarié compte… et certains plus que d’autres ! Ainsi en va-t-il pour les moments clés – que l’on pourrait comparer aux moments de vérité de l’expérience client – que sont la période d’onboarding, les entretiens annuels d’évaluation, le retour dans l’entreprise après une interruption volontaire ou non (congé maternité, congé sabbatique, arrêt maladie…), les formations… Ces moments constituent tous, chacun à des niveaux différents, de véritables leviers de satisfaction et d’engagement… mais aussi d’insatisfaction et de désengagement parfois définitifs.

L’un des plus importants – si ce n’est le plus important – est la période d’intégration, ce moment où salarié et employeur se découvrent, se révèlent pleinement l’un à l’autre et où les attentes de chacun doivent se trouver en parfaite cohérence pour assurer la collaboration la plus fructueuse et pérenne possible. L’enjeu pour le salarié ? S’intégrer le plus vite possible et être opérationnel rapidement dans un cadre rassurant et épanouissant. Pour l’entreprise, il s’agit de fidéliser son nouveau collaborateur (et rentabiliser l’important investissement que représente son embauche).

Cette période, si déterminante soit-elle pour la suite, est semée d’embûches pour les deux parties prenantes. Tandis les premiers n’ont pas toujours de processus d’intégration formalisé, les seconds envisagent pour près de moitié d’entre eux de quitter leur entreprise au cours de leur période d’essai. 20% envisageraient même de la quitter le jour même de leur arrivée ! (d’après une étude réalisée par Mercuri Urval en 2012). En cause, des processus d’intégration peu – voire pas – formalisés, un décalage qui apparaît entre les promesses d’embauche et la réalité ou encore des divergences de vue sur les orientations de l’entreprise ou le contenu du poste.

Ce moment si délicat et crucial que constitue l’intégration du salarié requiert toute l’attention de l’entreprise. Il doit s’organiser, mais aussi anticiper et pouvoir s’adapter en cours de route. Aussi sa réussite nécessite-t-elle la mobilisation et l’implication active des managers et des équipes RH tout au long de ce grand moment de vérité pour instaurer une confiance réciproque indispensable à l’engagement du salarié.

Partager

Il n'y a aucun commentaire.

Ajouter un commentaire

*Champs obligatoire