Vers une alimentation choisie

Premiers enseignements de notre étude Food 360 édition 2018

Le plaisir, une dimension essentielle et structurante de l’alimentation en France

Pour 63% des Français, l’alimentation est avant tout associée au plaisir (+4 pts vs 2012) vs 30% qui la considèrent comme une nécessité. En Europe, c’est un des scores les plus élevés.

Autre spécificité française, qui perdure, le bien-manger est aussi associé au plaisir (65%), à la recherche de produits de bonne qualité (66%) ou savoureux (40%).

Les attentes des consommateurs en termes de variété (59%) et de partage (45%) s’avèrent également très fortes. Des attentes qui expliquent un intérêt très prononcé pour les innovations alimentaires notamment celles offrant de nouveaux goûts, textures et sensations.

Mais 63% des Français veulent aussi manger sainement… et 59% de manière équilibrée.

La quête du vrai

Nous savons de nos études précédentes que les Français sont un peu plus inquiets que d’autres Européens quant à l’impact de leur alimentation sur leur santé. Ainsi, 9 Français sur 10 expriment un besoin de transparence à l’égard de l’industrie agro-alimentaire. Et, comme dans la plupart des pays européens, cette attente porte principalement sur la liste et la composition des ingrédients (56%), mais aussi et surtout sur leur origine (61%). Peut-être faut-il y voir une conséquence de la crise de la viande de cheval et d’un manque de clarté en matière d’affichage de l’origine sur les packs. Les lieux de fabrication (43%) et les conditions de production agricole et d’élevage (42%) viennent ensuite.

L’exigence de « vrai » se traduit également par une forte croissance de la proportion de Français qui déclarent regarder souvent la composition nutritionnelle des produits sur les emballages (62%, soit une hausse de 7 points par rapport à 2016). Autres signes révélateurs : l’attention portée aux labels reste très élevée et la demande pour le bio continue de progresser.

La quête de sens

Globalement, les Français ont de plus en plus une vision holistique de leur alimentation. Dans un monde mondialisé et digitalisé, ils se réapproprient un pouvoir de liberté en affirmant des convictions fortes, par exemple :

  • En étant plus nombreux à fréquenter les magasins / coopératives d’agriculteurs ou les AMAP ou les sites fermiers online
  • En réduisant leur consommation de viande
  • En préférant choisir des produits alimentaires plus respectueux du bien-être animal et de l’environnement, jugés importants par respectivement 91% et 90% des personnes interviewées.

Les Français sont très sensibilisés à la réduction du gaspillage alimentaire, une action jugée importante par 94% d’entre eux, se considérant eux-mêmes comme premiers acteurs dans ce domaine pour 66% d’entre eux, devant les grandes surfaces (52%) ou la restauration collective (46%) ou commerciale (45%).

Ils se montrent aussi sensibles à une rémunération équitable des agriculteurs/ éleveurs, plus que dans tous les autres pays de l’étude… c’est un enseignement très important. 78% des Français se déclarent même prêts à payer un peu plus pour mieux valoriser ce travail.



A propos de Food 360 2018 : étude réalisée online du 6 mars au 10 avril 2018 auprès d’échantillons représentatifs de 500 individus âgés de 18 ans et plus ou 18-55 ans, selon la méthode des quotas dans 9 pays du monde (France, Espagne, Allemagne, Grande-Bretagne, Etats-Unis, Russie, Chine, Asie du Sud-Est, Moyen Orient).

Partager

Il n'y a aucun commentaire.

Ajouter un commentaire

*Champs obligatoire