Franck Buge (TV5 Monde) : « L’Afrique francophone se mesure sous tous les angles dans Africascope »
header-tv-afrique-125726512

Franck Buge (TV5 Monde)
Franck Buge
(TV5 Monde)

Les participants au Fespaco 2015, le festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou, ont été frappés par la forte présence des groupes audiovisuels francophones, sans doute attirés par l’arrivée prochaine de la TNT en Afrique, l’explosion de la téléphonie mobile, et surtout un fort dynamisme démographique. Franck Buge, Directeur des études de TV5 Monde, dévoile quelques enseignements de notre étude Africascope.

Quelle est la répartition de la langue française en l’Afrique ?

L’Organisation Internationale de la Francophonie estime à 274 millions le nombre de locuteurs de français à travers le monde, dont un peu plus de la moitié en Afrique. L’espace francophone en Afrique englobe 23 pays qui ont pris le français pour langue officielle. Cependant, la pratique linguistique n’est pas uniformément répartie, comme nous le montre l’étude annuelle Africascope de TNS Sofres. La probabilité de rencontrer des francophones peut ainsi varier du simple au double selon que l’on visite Dakar ou Abidjan.

Les différences dans l’usage de la langue sont tout d’abord liées au multilinguisme. Lorsqu’une langue nationale africaine est dominante, comme c’est le cas au Sénégal avec le wolof, le français n’est plus le principal vecteur de communication entre les personnes. On trouve une situation comparable au Mali avec le bambara. En revanche, à Kinshasa, le français est parlé par 68% de la population adulte alors même que 99% des personnes parlent également le lingala. La coexistence de deux langues de communication majeures est une particularité congolaise qui provient de la diversité ethnique et donc linguistique rencontrée dans la métropole kinoise. Africascope en apporte une démonstration chiffrée puisque 70% des habitants déclarent parler 2 langues africaines ou plus. Pour ces personnes, le lingala est parfois une langue apprise, comme le français, et non plus nécessairement une langue maternelle.

Quel rôle joue l’éducation dans l’apprentissage du français an Afrique ?

L’éducation, justement, joue un rôle important dans la diffusion de la langue. L’enseignement en français n’est pas toujours la règle pour les élèves du primaire en Afrique, et ce n’est qu’à partir du secondaire et du supérieur que son usage se généralise. Selon Africascope, la moitié des personnes qui terminent leur scolarité en fin de primaire parlent le français, contre 75% pour les diplômés du secondaire. Cependant, parmi ces derniers, moins de la moitié déclarent maîtriser le français. Cette maîtrise se développe lorsqu’on atteint l’enseignement supérieur, notamment grâce aux programmes de coopération et d’échanges mis en place par l’Agence Universitaire Francophone.

Quel est l’avenir de la langue française sur le continent africain ?

Selon l’OIF, l’espace mondial francophone devrait quasiment tripler de taille à l’horizon de 2060 pour atteindre 770 millions de locuteurs, principalement sous la poussée de l’Afrique qui concentrerait alors à elle seule près de 9 Francophones sur 10. Toutefois, ces projections présupposent la généralisation du français à 85% de la population vivant en Afrique francophone, un seuil qui ne pourra être atteint qu’à travers l’adoption de programmes éducatifs ambitieux par les différents États.

Quelle est la part des médias dans la diffusion de la langue française en Afrique ?

Les médias francophones contribuent beaucoup à la diffusion de la langue au-delà des salles de classe, et l’essor futur du français dépendra aussi de leur capacité à séduire toutes les générations de publics, notamment en contribuant à développer une production audiovisuelle locale de qualité. TV5 Monde remplit ce rôle en Afrique depuis 20 ans en consacrant notamment 15% de son temps d’antenne à des programmes africains. Sa popularité se reflète dans un taux de notoriété qui dépasse 90% dans toutes les capitales étudiées par Africascope, ainsi que dans une audience qui atteint 23,6 millions de téléspectateurs en moyenne par semaine, faisant d’elle la 1ère chaîne francophone du continent.

Partager

Il n'y a pas de commentaires.

Ajouter un commentaire

*Champs obligatoires