Sortie de crise en Europe : le moral des Français au plus bas

Parmi les nombreux enseignements de l’Eurobaromètre standard du printemps dernier réalisé par le groupe TNS pour la Commission Européenne (du 31 mai au 14 juin 2014), un résultat est particulièrement emblématique du mal être français : la France est de tous les pays de l’Union Européenne celui qui manifeste le pessimisme le plus élevé sur la sortie de crise.

Invités à se prononcer sur l’impact de la crise sur l’emploi, les Européens se montrent globalement partagés : 47% d’entre eux considèrent que les choses vont tout doucement s’améliorer tandis que 44% jugent au contraire que le pire reste à venir.

Si certains pays font carrément preuve d’optimisme comme le Danemark, les Pays Bas, l’Irlande, la Hongrie, où la proportion d’optimistes dépasse les 60%, parmi les pays de la zone euro, l’opinion est strictement partagée : 46% considèrent que les choses vont s’améliorer et 46% également qu’elles vont se détériorer.

Il est toutefois frappant de constater que c’est en France où le pessimisme atteint son apogée avec 60% des interviewés qui considèrent que le pire reste à venir contre 34% seulement qui pensent que les choses s’améliorent – soit des résultats plus négatifs qu’ en Grèce ou au Portugal.

Les dernières statistiques révélées le 26 novembre dernier, le jour du lancement du plan de relance de Jean-Claude Juncker pour l’investissement, confirment plutôt le pronostic français : elles montrent une zone euro qui s’enfonce dans la stagnation avec un grave problème de demande, alors que la croissance des États-Unis s’envole.

Share

There are no comments.

Add a comment

*Mandatory fields