Euro 2016 : François Hollande ne profitera pas d’une victoire des Bleus
header-francois-hollande-euro2016

Emmanuel Rivière, directeur de l’unité stratégies d’opinion de TNS Sofres, répond aux questions de Metronews à propos des conséquences d’une éventuelle victoire des Bleus sur la popularité de François Hollande.

Quels effets peut espérer François Hollande en cas de victoire des Bleus en finale de l’Euro dimanche soir ?

Pour lui directement, pas grand-chose. En tout cas rien de comparable avec ce qui s’était produit en juillet 1998, lorsque les courbes de Chirac et Jospin avaient fortement augmenté (respectivement +7 et +8 points) après la Coupe du monde. On a tendance à l’oublier, mais les popularités du président et de son Premier ministre de cohabitation étaient alors en progression constante depuis plusieurs mois, une ascension continue liée à la baisse du chômage.

Mais aujourd’hui, les choses commencent aussi à aller mieux sur le front du chômage…

En 1998, nous étions dans un contexte où la France allait mieux, mais avec une différence fondamentale par rapport à aujourd’hui : les gens y croyaient. Et la diversité incarnée par l’équipe, l’ambiance « Black-Blanc-Beur » qui avait ensuite gagné les rues, avait donné une petite dimension politique à ce succès. Le climat n’est plus du tout le même, et aujourd’hui François Hollande n’est pas en situation de profiter durablement d’une victoire des Bleus. Certes, il peut espérer un petit effet, mais qui risque d’être aussi éphémère que celui produit par sa bonne réaction lors des attentats de 2015.

Le chef de l’Etat a estimé qu’une victoire aurait une « bonne incidence » sur le moral des Français et « ajouterait un élément de confiance »…

Oui, ça peut booster le moral des Français. D’autant que celui-ci est artificiellement bas à l’heure actuelle : il existe un décalage entre les indicateurs économiques et la manière dont les Français jugent le pays. Comme ce décalage est en partie symbolique, un événement qui l’est lui aussi peut changer la situation. D’ailleurs, le record absolu de réponses positives à la question posée par TNS Sofres « Est-ce que les choses ont tendance à s’améliorer en France ? » remonte à juillet 2000, juste après la victoire des Bleus à l’Euro. Mais pour François Hollande, un éventuel déclic de confiance, qui a tant manqué durant son quinquennat, arriverait de toute façon trop tard. Il a atteint un tel niveau d’impopularité que les gens vont surveiller comme le lait sur le feu, et avec agacement si cela se produit, une amélioration de son image, en trouvant injuste s’il la doit au foot. Trop de gens se disent aujourd’hui : pourvu qu’il n’y ait pas de récupération et que les politiques cherchent à en profiter…

Présent à tous les matchs des Bleus, on a beaucoup vu le président de la République manifester sa joie en tribune depuis le début du tournoi. Cela peut-il lui valoir des reproches visant sa volonté d’instrumentalisation ?

Je ne crois pas. Les gens savent que Hollande est un vrai fan de foot et que sa joie est non feinte. Et je pense qu’il est assez malin pour faire ce qu’il faut, sans en faire trop.

Partager

Il n'y a pas de commentaires.

Ajouter un commentaire

*Champs obligatoires