Les Français et leur assiette : love story !

Depuis 2012, FOOD 360* explore, analyse et décrypte les portraits de consommateurs dans le monde et leurs attitudes et comportements à l’égard de l’alimentation. Cette étude internationale est réalisée tous les deux ans pour le SIAL (Salon International de l’Alimentation) qui se tient cette année du 16 au 20 octobre. Quelles sont les principales évolutions de cette nouvelle édition 2016 ? 3 caractères distinctifs sont à relever.

Du plaisir, des petits plaisirs alimentaires, oui mais…

En France, l’alimentation rime toujours avec plaisir et petits plaisirs. Ainsi, en 2016, 77% des Français aiment se faire des petits plaisirs avec des produits alimentaires considérés comme des petits luxes. Cependant, cette proportion est en baisse de 5 points par rapport à 2012. La France est le seul pays avec la Russie où cette proportion décroit. De la même manière, la proportion de Français prêts à payer plus cher pour des produits alimentaires à valeur ajoutée passe de 70% à 65% entre 2012 et 2016. Deux évolutions qui témoignent des contraintes économiques plus tendues qui impactent sur les dépenses et les choix des produits alimentaires. Ceci n’empêche les Français de se montrer avides d’innovations alimentaires : 64% d’entre eux se sont déjà laissés tenter par cette soif de nouveautés, à mi-chemin des Moyen-Orientaux (71%) et des Allemands (45%). Pour autant, des aliments à fort buzz comme les insectes ne suscitent pas le même engouement des Français. Exemple : la consommation d’insectes n’a attiré qu’à peine un Français sur 6, pour plus d’un Chinois sur trois.

Santé et alimentation : attention !

En 2016, 79% des Français jugent probable le risque que les aliments nuisent à leur santé (+20 points par rapport à 2014). Fondée ou non, cette perception engendre une attention accrue à toutes les informations qui permettent aux consommateurs de se rassurer sur la qualité des produits (origine, lieu de fabrication, mentions « sans » sur les packagings, produit bio…) ainsi que deschangements dans les comportements pour  aller au plus près de la source de production (privilégier les produits locaux, s’approvisionner en circuits courts, produire en partie soi-même des produits alimentaires). Ainsi, à l’instar des Allemands, des Espagnols, des Russes et des Asiatiques, deux tiers des Français favorisent la consommation de produits locaux.

Internet dans l’assiette : un avenir prometteur

Internet est présent partout, même dans notre assiette ! Pour autant, si les Français ne sont pas plus, ni moins en retard que leurs homologues Européens ou Américains,  ils sont en revanche loin des pratiques des Asiatiques ou Moyen-Orientaux qui eux ont largement intégré Internet dans leurs modes d’achat ou leurs interactions avec les marques alimentaires. Un exemple parmi d’autres : l’usage des objets connectés en cuisine. Très répandu en Chine (49%) ou en Asie du Sud-Est (45%), il ne concerne que 11% des Français, très proches des Américains (13%), mais devant les Allemands (8%) ou des Russes (6%). Bref, de belles perspectives  d’innovations en food tech ou services apportés par les marques alimentaires !


food-360-love-story1 food-360-love-story2 food-360-love-story3 food-360-love-story4


* L’édition 2016 de FOOD 360 de Kantar TNS a été réalisée on line sur des échantillons nationaux représentatifs en France, Espagne, Allemagne, Grande Bretagne et USA ; pour la Russie : villes de plus de 100 000 habitants ; pour la Chine : villes Tier 1/2/3 ; pour les pays de l’Asie du Sud-Est : zones urbaines d’Indonésie et de Malaisie ; pour les pays du Moyen Orient : zones urbaines des Émirats Arabes Unis, de Bahreïn, Oman, Qatar et Arabie Saoudite. Selon les pays, échantillons de ± 500 individus âgés de 18 ans et plus ou 18-55 ans, représentatifs selon la méthode des quotas en termes de sexe, âge, région et catégories socio-économiques. Interviews réalisées online du 25 mars au 22 avril 2016.

Share

There are no comments.

Add a comment

*Mandatory fields