Le bonheur est-il dans l’assiette ? 3/3
header-food-470453713

<< Le bonheur est-il dans l’assiette ? 2/3

Des changements dans les comportements à l’égard des produits alimentaires, pour s’adapter aux contraintes budgétaires et à l’érosion de la confiance

Malgré une inflation relativement faible en 2013, voire une déflation au 1er semestre 2014, le contexte économique difficile et la tension sur les dépenses induisent chez les Français la perception d’un budget alimentaire en augmentation pour 47% vs. 38% qui le perçoivent stable et 15% en baisse.

Cette perception accroît la prépondérance déclarée accordée au prix, l’attention portée aux promotions et de fait la bataille sur les prix entre les marques et les acteurs de la grande distribution. Ainsi, 77% des Français mentionnent le prix dans leurs critères de choix des produits alimentaires (dont 40% comme 1er critère), loin devant la date de péremption (47%), les qualités gustatives (43%), les habitudes familiales (38%) et la marque (28%).

Elle génère un recours plus intensif à la cuisine faite maison (37% déclarent davantage cuisiner eux-mêmes vs 50% aussi souvent) ou à l’art d’accommoder les restes (33% déclarent cuisiner plus souvent les restes vs 57% aussi souvent).

Autre conséquence également, le recours à la vente directe. Si les grandes surfaces restent les lieux d’achat principaux, 36% des Français fréquentent également les marchés et 27% ont acheté ne serait-ce qu’occasionnellement en circuits courts dans les douze derniers mois (directement à l’exploitation, dans un magasin / une coopérative de producteurs, dans des AMAP, sur des sites spécialisés sur Internet, ou encore avec des abonnements type « panier bio »).

Des Français ouverts à l’innovation alimentaire

Les Français sont plutôt intéressés par les innovations alimentaires, ainsi 6 sur 10 aiment découvrir de nouveaux produits alimentaires.

Le thème du plaisir toujours mobilisateur, plus en lien avec l’authenticité, le terroir que la découverte de nouvelles sensations ou d’exotisme. 65% des Français aiment retrouver les goûts et produits de leur enfance et 53% essayer de nouvelles textures / variétés ou sensations. Autant d’opportunités pour les industriels !

La naturalité est un thème fédérateur soit sous l’angle de produits avec des ingrédients naturels, que de produits de saison, ou de produits alimentaires simples / pas trop transformés pour avoir le vrai goût des aliments (79%) ou pour être certain de ne pas avoir d’ingrédients suspects (72%).

La sensibilité des Français à l’égard de produits alimentaires durables continue de croître, avec le gaspillage alimentaire comme thématique phare.

Une filière agroalimentaire mal connue et insuffisamment valorisée

Les Français méconnaissent le tissu industriel des entreprises agroalimentaires en France. Ainsi, 17% considèrent qu’il est majoritairement composé de PME, 38% aussi bien de PME que de grandes entreprises, 21% majoritairement de grandes entreprises et 23% ne savent pas. Rappelons que les entreprises agroalimentaires sont composées à 70% de TPE, 27% de PME et 3% de grandes entreprises.

Il semble opportun de faire davantage connaître la richesse et la diversité des PME agroalimentaires. En effet, celles-ci bénéficient à ce jour d’un capital d’image bien meilleur comparé à celui des grandes entreprises du secteur agroalimentaire : 79% des Français ont une bonne image des premières vs seulement 39% pour les secondes.

Il est également crucial de faire davantage connaître et valoriser les atouts et les actions des entreprises agroalimentaires. En effet, les Français ont plutôt une image très contrastée de ces entreprises.

Enfin, les Français sont aussi très critiques considérant que les entreprises agroalimentaires ne sont pas assez attentives à la qualité nutritionnelle de leurs produits, à l’écoute des attentes et besoins des consommateurs, qu’elles n’informent pas honnêtement les consommateurs et qu’elles ne sont pas suffisamment respectueuses de l’environnement.

Nul doute que nombre d’entreprises agroalimentaires sont exemplaires sur ces différentes thématiques, ont fait et vont continuer à accomplir de réels efforts pour prendre en compte les attentes des consommateurs, mieux les informer, améliorer sans cesse la qualité nutritionnelle de leurs produits et mieux respecter l’environnement. Cependant, l’exigence de transparence et d’honnêteté de tous les acteurs de cette filière est impérative pour permettre de restaurer la courbe de confiance des Français.

 


En savoir plus sur l’étude Food 360…

Partager

Il n'y a pas de commentaires.

Ajouter un commentaire

*Champs obligatoires