La confiance n’est pas soluble dans l’eau du robinet

La confiance des Français en l’eau du robinet atteint des niveaux élevés, et ce malgré le contexte des scandales alimentaires qui auraient pu déteindre sur l’eau. Dans son article, Laurence Barrié, Consultante Innovation & Product Development expose d’une part les divers taux de confiance, et d’autre part les facteurs explicatifs de cette confiance.

Des usagers confiants

Pouvoirs publics, collectivités locales, opérateurs et associations qui ont pour charge la gestion de l’eau en France peuvent ressentir une certaine satisfaction à la lecture de la nouvelle édition du baromètre TNS Sofres « Les Français et l’eau ».

Leur action au service du public pour l’eau et l’assainissement est reconnue par la grande majorité des usagers. Ils reconnaissent tout autant la qualité du produit quotidien qu’est l’eau du robinet.

Pour couronner le tout, huit Français sur dix accordent leur confiance à l’eau potable, ce qui est assez remarquable dans un contexte social difficile et une actualité alimentaire volontiers anxiogène qui rejaillit sur la confiance à l’égard des produits alimentaires. Entre l’automne 2011 et l’automne 2013 en effet, la défiance s’est accrue de 10 points, avec aujourd’hui près d’un Français sur deux déclarant avoir moins confiance qu’avant dans les produits alimentaires*.

Même auprès du tiers de Français qui souhaiteraient que les contrôles de l’eau du robinet soient plus nombreux, cette exigence ne se traduit pas  par des inquiétudes sur la santé et ne leur masque pas la réalité d’une eau sûre.

Pourquoi l’eau du robinet ne fait pas peur ?

Trois facteurs explicatifs. L’existence de normes et de contrôles, d’une part, qui ne font pas de doute dans l’esprit des Français puisque respectivement 98% et 97% d’entre eux déclarent en avoir conscience, tandis que les deux tiers considèrent ces normes exigeantes et les contrôles suffisants.

La crédibilité des autorités sanitaires en France, d’autre part : une très large majorité des interviewés les jugent en effet légitimes pour opérer les contrôles de qualité de l’eau du robinet et fixer des normes qui protègent la santé de nos concitoyens.

Des normes exigeantes et des contrôles réels, opérés par des intervenants au-dessus de tout soupçon : le triptyque magique  pour ne pas entamer la confiance ?

* Source : Étude Omnibus TNS Sofres pour le congrès ECO Expert 2013. Échantillon national représentatif : 1000 individus 15+.

Share

There are no comments.

Add a comment

*Mandatory fields