Pour comprendre le futur du digital, tournons-nous vers l’Asie !

Notre étude Connected Life l’a montré, l’adoption du digital dépend de nombreux facteurs : la maturité technologique de l’éco-système et le prix des appareils numériques… Mais pas seulement. C’est également une affaire d’attitude à l’égard des nouvelles technologies. Emily Gong, responsable Développement Digital au sein de TNS Europe du Sud et Benelux vous propose donc de comparer l’Asie avec l’Europe afin de décrypter ces attitudes liées au digital. Qui des Asiatiques ou des Européens passe le plus de temps sur Internet via le téléphone mobile ? Comment les phablets changent-ils la manière de passer du temps connecté sur son appareil portable ?

Des usages qui diffèrent d’un continent à l’autre

Si en moyenne les Européens détiennent davantage d’appareils numériques que dans le reste du monde (4,6 en Europe dont 4,6 en France, pour 4,4 en Amérique du Nord et 3,2 en Asie Pacifique), l’usage y est fortement lié à celui des ordinateurs, dont l’essor freine celui du mobile. Par conséquent, le temps connecté passé sur ordinateur est plus fort en Europe (56%) – dont en France 62% – qu’en Asie-Pacifique (40%). A l’inverse, comme le montre ce graphique, les Asiatiques font partie des plus gros consommateurs de temps connecté sur mobile.

graph-connect-egg1

Qu’ils soient originaires de pays en voie de développement entrés dans l’ère digitale directement par la case smartphone, ou de pays développés qui préfèrent leurs smartphones à tout autre appareil en raison de leur caractère mobile et personnalisable, les consommateurs asiatiques ont un usage plus intense de leurs portables au fil de la journée que les Européens.

Le phénomène phablets : quand la technologie agit sur les usages

Parmi les facteurs qui contribuent à l’essor du mobile en Asie, il y a la croissance des « phablets » – ces fameux portables grand format, avec un écran de plus de 13cm – notamment en Asie du Sud-Est : les phablets y représentent 33% des portables, et 52% en Corée du Sud. Ces écrans, faciles à emporter, gardent leur fonctionnalité de téléphone, tout en améliorant l’expérience visuelle. Conséquence : le contenu vidéo est fortement consommé sur mobile dans les pays où les phablets sont en plein essor (40% des vidéos en ligne en Corée du Sud sont consultées sur mobiles, 8% en France et 16% en Europe). Une tendance qui n’a pas fini de croître dans le monde avec l’essor de nouveaux modèles de phablets, comme l’iPhone 6+. Même si ce phénomène ne devait se produire qu’en dehors de l’Europe, examinons la proportion des visites web provenant du mobile :

graph-connect-egg2

Les jeunes en Europe, des précurseurs ?

En Europe et en France, l’accès au web via mobile a crû plus vite que dans le reste du monde. Et les jeunes (16-24 ans) en Europe utilisent leurs smartphones de la même manière, ou presque, que dans des pays très en avance dans l’usage des appareils numériques, comme la Corée du Sud.

graph-connect-egg3

Avec l’arrivée de cette génération de « digital natives » s’ouvre une nouvelle ère numérique en Europe, marquée par une attraction plus forte à l’égard d’Internet au détriment des autres médias, et par un comportement digital de plus en plus mobile et social. Pour anticiper ces évolutions et les nouveaux usages qui en découlent, notamment en termes de consommation, tournons notre regard vers l’Asie !

 

Partager

Il n'y a aucun commentaire.

Ajouter un commentaire

*Champs obligatoire