Fait-il bon travailler dans le secteur automobile quand on est une femme ?

Le secteur automobile ? Un secteur souvent perçu comme fortement masculin, voire macho, qui roule des mécaniques, salissant et huileux… Des traits d’images qui vont bon train et qui perdurent.

Et il est vrai que, malgré leur grande variété, les entreprises du secteur (constructeurs, importateurs, équipementiers, réseaux de distribution et de réparation, fournisseurs de services) manquent cruellement de femmes. Or, comme le défend l’association Wave (Women And Vehicles in Europe), « inviter plus de femmes dans le monde automobile, c’est s’ouvrir à un plus large éventail de talents, et mettre à profit des spécificités différentes et complémentaires de celles des hommes. »

86% des professionnelles du secteur satisfaites de leur emploi

Paradoxe ? 86% des professionnelles du secteur sont satisfaites de leur emploi (contre 79% des hommes) et 82% d’entre elles en sont même fières (79% chez les hommes) et le revendiquent. Plus remarquable encore : les femmes qui travaillent dans ce secteur souvent réputé comme macho ne souffrent aucunement de l’ambiance qu’elles trouvent bonne à 85% (81% chez les hommes). Des scores jamais atteints dans d’autres secteurs, plus glamours soient-ils !

Oui, on peut être une femme du secteur automobile et juger son travail au quotidien aussi intéressant qu’un homme. La perception est d’ailleurs la même pour les 2 sexes : dans ce secteur, le travail est avant tout associé à du plaisir, de l’épanouissement et des contacts humains. Les femmes ressentent un sentiment particulier d’attachement à l’égard de leur entreprise, tout comme les hommes. On est bien loin du machisme et des fusées d’essieu sur fond de plot de berceau.

Toutefois, tout n’est pas rose sous le capot. Quand il est question de charge de travail, d’équilibre vie professionnelle-vie personnelle, d’organisation du travail efficace et de rémunération, les femmes sont plus critiques que les hommes. Hommes et femmes ne partagent pas la même vision sur les difficultés potentiellement rencontrées par les femmes au cours de leur carrière. Il reste encore de nombreux kilomètres à parcourir avant de parvenir à l’équilibre des opportunités de progression de carrière et de rémunérations. Là encore, les clichés résistent, mais ce n’est pas qu’une question de secteur…


Source : 7e édition du Baromètre TNS Sofres adressé aux professionnels de l’automobile abonnés à la newsletter autoactu.com et présenté chaque année au forum de l’association Wave.

Partager

Il n'y a aucun commentaire.

Ajouter un commentaire

*Champs obligatoire